Le Centre Thérapeutique
Racine Carrée
pour replacer chacun dans son équilibre

Racine Carrée salle Lin

RACINE CARREE Pourquoi ?

Le carré est une figure parfaite, équilibrée et solide.

Il symbolise la stabilisation : ancré sur ses quatre côtés, il impose une structure au chaos.

L’équilibre retrouvé doit être profondément enraciné pour se développer et s’épanouir.

L’objectif de Racine Carrée est de replacer chacun dans son équilibre, dans sa force, dans son identité et dans le mouvement de la vie, ce qui passe obligatoirement par l’acceptation de ce qui est incontournable lorsque l’on est concerné (maladies, accidents de la vie, traumatismes physiques et psychiques, etc).

Racine Carrée salle Soie

RACINE CARREE POUR QUI ?

Une paralysie de la jambe gauche, suite à une hernie discale, suivie de plusieurs années de « dommages collatéraux » ainsi que 2 nodules malins sont les deux autres raisons à l’origine du centre thérapeutique Racine Carrée.

En effet, il s’adresse principalement aux personnes

  • • qui ont des maux de dos, de la simple lombalgie à la scoliose appareillée
  • • aux personnes qui sont touchées dans leur Etre par des pathologies dites lourdes cancer – du sein particulièrement – Parkinson, sclérose en plaque, …
  • • et à tous les accompagnants qui m’ont tellement touchée alors que j’étais dans les parcours de soins.
Racine Carrée salle Laine

RACINE CARRÉE COMMENT ?

Quand on glisse, ou tombe, dans un torrent, cela ne sert à rien de nager contre le courant qui reste le plus fort. L’accepter et nager avec lui permet de se diriger et il est même possible d’en utiliser la force pour créer quelque chose de nouveau !

  • • Regrouper des thérapies telles que la sophrologie, l’écriture, la psychologie, le yoga thérapeutique, la naturopathie, mais aussi la litho thérapie, l’hypnose, les massages énergétiques, le magnétisme, les fleurs de Bach, l’aromathérapie, etc, afin d’offrir un éventail très diversifié de techniques permettant d’équilibrer la personne et de la remettre dans le sens de la VIE.
  • •  Proposer des outils pour retrouver le goût du mouvement dans le cas d’une limitation physique et/ou psychique.
  • •  Etre un lieu d’écoute et de communication entre des personnes qui peuvent se sentir isolées dans leurs limitations de vie.

… et surtout redonner son autonomie à chacune d’elles !

Si la yoga thérapie et la méditation me furent salutaires, ils peuvent l’être pour tous !

A Propos de “Racine Carrée” Rambouillet

Je m’appelle Annick Chopin et c’est mon parcours de vie qui m’a amenée naturellement à créer le centre thérapeutique Racine Carrée en Mars 2018.

Quinze années dans l’industrie, dont dix dans la relation publique médicale et la presse pharmaceutique hospitalière, puis vingt années consacrées à ma famille, mais jalonnées d’aléas de santé non négligeables et multiples, forment mon socle d’expérience de vie.

En 2005, je rencontre Françoise Baldassari, professeur de yoga à Rambouillet, après avoir côtoyé les grands textes indiens lors d’un voyage littéraire de plusieurs années dans différentes philosophies et religions.

Logiquement, 2006 me voit intégrer la formation d’enseignante en Viniyoga du Docteur Laurence Maman à Versailles, formation en quatre ans. Puis en 2009 je rencontre Stéphanie Miesch, kinésithérapeute à Rambouillet, et commence à pratiquer la yoga thérapie auprès de certains de ses patients jusqu’à dernièrement.

Très curieuse, j’ai toujours été attirée par l’introspection et l’expérimentation. Je me suis passionnée pour la méditation dès 2009 lors d’un traitement en chimiothérapie – je préfère d’ailleurs « l’assise silencieuse », le mot méditation étant devenu trop nébuleux – ce qui m’a amenée naturellement à découvrir l’hypnose. Nous avons des potentiels de réparation extraordinaires !
De la méditation à l’hypnose, il n’y a qu’un pas que je franchis en 2017, ajouté à ceux du Yin yoga qui travaille sur les méridiens et du magnétisme sur les énergies.

vous replacer dans votre équilibre

Comment ? Ecrivez Nous
Ou téléphonez au 07.88.46.93.62

Si parfois il n’y a pas le choix dans le «FAIRE»,
il y a toujours le choix dans le « COMMENT FAIRE ».

Au cours de mes pérégrinations hospitalières, j’ai certes côtoyé des malades, mais aussi les personnes qui les accompagnent.

Si le malade a une identité, une reconnaissance de son statut, ce n’est pas le cas de ces personnes qui l’aident dans sa vie de tous les jours. Ni statut, ni identité, ni même, parfois, de reconnaissance !

Entièrement dévouées à leur malade, ces personnes en perdent leur espace de vie propre, se vident parfois de toute leur substance individuelle.

  • • 8,3 millions de Français sont « aidants familiaux »
  • • 47% d’entre eux ont une activité professionnelle
  • • 1 personne sur 3 néglige sa santé et son espace de vie intime, pouvant entrainer des troubles dûs aux pressions physiques et psychologiques que demande l’aide aux soins quotidiens.

« Les accompagnants sont moins enclins à adopter des mesures pour protéger leur santé : 62 % des aidants familiaux prennent plus soin de la santé de la personne aidée que de la leur. » (Etude Ifop pour Malakoff Médéric – Mars 2014).

ÉVÉNEMENTS & ATELIERS A VENIR